Contexte

Le géomètre-expert bénéficie d’une double formation scientifique et juridique qui lui permet d’appréhender la complexité des dossiers d’urbanisme et d’aménagement. Il accompagne et conseille ainsi les particuliers, les collectivités mais aussi les professionnels de l’aménagement et de l’immobilier.

Le spectre d’intervention du géomètre-expert est large, pluriel et varié. Il est insuffisamment connu, voire méconnu, aussi bien de la part des particuliers que des donneurs d’ordre ou des professionnels. Si l’image d’Epinal tente à confiner le géomètre-expert à la délimitation des propriétés, la définition des droits attachés ou encore à la conservation cadastrale, la Loi lui confère un rôle de concepteur en matière d’aménagement des territoires, sans pour autant, à l’instar d’autres professions du cadre de vie, lui en confier le monopole.

Dans ce cadre, il prend part à des missions publiques mais aussi des missions privées de conception, d’aménagement, d’évaluation, de gestion des biens fonciers. Grâce à sa vision transversale et pluridisciplinaire de l’acte de construire et d’aménager, il participe ainsi à des projets très divers dans les domaines de l’urbanisme, de la maîtrise d’œuvre et de l’immobilier.

Depuis les années 2000, la digitalisation de l’économie et l’évolution du cadre juridique, qui accorde une importance accrue aux considérations relatives à la santé et à l’environnement, ont suscité une évolution profonde de la profession. Elle a su se réformer pour s’adapter aux contraintes technologiques ou réglementaires et ainsi intégrer des compétences pluridisciplinaires au sein de ses équipes.

Face à la multitude des professionnels présents en matière d'aménagement, l’Ordre des géomètres-experts souhaite rassembler tous les acteurs du cadre de vie au sein d'un Conseil national qui serait à la fois une instance de concertation et de régulation.

Enjeux

Améliorer la qualité des projets d'urbanisme et d’aménagement en consacrant la dimension pluridisciplinaire de l'acte d'aménager.

L’urbanisme ne peut se concevoir comme un monopole. Il ne se pratique pas seul et nécessite des compétences pluridisciplinaires. C’est un projet qui se joue à plusieurs, à commencer par la chaine des acteurs qui concourent à sa production :

  • l’Etablissement Public de Coopération Intercommunale ou la commune par l’élaboration du document d’urbanisme réglementaire,
  • le propriétaire foncier par la disponibilité de son tènement foncier en vue d’une opération d’aménagement,
  • l’écologue par sa détermination des sensibilités écologiques,
  • l’urbaniste par la conception du quartier, l’architecte ou le constructeur de maisons individuelles par la conception du bâti,
  • le juriste par sa connaissance du meilleur montage opérationnel,
  • l’ingénieur par sa maîtrise techniques des réseaux,
  • l’habitant par sa pratique des lieux et son appropriation de l’espace public, etc…

Comment faire pour que la conception de l’espace soit une œuvre partagée ?

La vraie question que doivent se poser les professionnels et tous ceux qui contribuent à la conception des projets d’urbanisme et d’aménagement, consiste à savoir comment créer une synergie avec les autres acteurs, et non se substituer à eux, en intégrant des coopérations pluridisciplinaires.

Le géomètre-expert, par sa formation plurielle, par sa vision transversale des problématiques de l’aménagement, par sa capacité à concevoir et par l’intégration de compétences pluridisciplinaires au sein de ses équipes, a toute légitimité pour assurer le rôle de mandataire d’équipes pluridisciplinaires aux fins de concevoir demain des espaces qualitatifs où il fait bon vivre et répondre ainsi à l’objectif de production urbaine de qualité prônée par nos gouvernants.